#Management

Pourquoi contourner vos managers devrait être possible ?

Beaucoup d’entreprises estiment qu’il ne faut pas contourner la chaîne de commandement. Et ça peut se comprendre.

En autorisant le personnel à by-passer les managers, ils peuvent perdre de leur capacité à gérer les problèmes. Or c’est ce que vous, entrepreneur, leur demandez.

Mais plus une entreprise grossit, plus le top management va perdre le contrôle des signaux faibles. Un reporting alors repris par les managers, mais qui peut vite être erroné. Alors, le top management va vite se retrouver déconnecté de la réalité.

D’autre part, si vous voulez évaluer vos managers sur le terrain, il vaut mieux autoriser le personnel à by-passer la chaîne de commandement. Il vaut mieux écouter attentivement ses équipes.

Depuis plusieurs mois, cette technique de « fact report » est en place chez Emakina. Les collaborateurs peuvent agir en deux temps : avec un « fail report », où ils pourront évoquer des situations à problème et qui méritent l’attention du top management. À l’inverse, les « success report » permettent la valorisation auprès du COMEX de projets réussis.

Quand nous avons instauré ce moyen de communication alternatif, les managers n’étaient pas emballés. Évidemment, ils se voyaient perdre cette fonction « d’indispensabilité » qu’est de savoir les informations clés.

Cette fonction est pour moi malsaine. Il faut laisser l’occasion au terrain de s’exprimer au top management. Laissez cependant aux managers le fait de pouvoir reporter les succès ou les faiblesses sans que le terrain en ait besoin.

Et ça a fonctionné chez Emakina. Les collaborateurs utilisent ces outils à bon escient, et ça a permis de repérer les signaux faibles de l’entreprise, pour pouvoir les traiter rapidement. La frustration a également été gérée au niveau de la vitesse de décision et d’exécution dans la globalité de l’entreprise. Tout cela a reconnecté le top management au terrain, et inversement.

On possède alors des faits établis pour mieux gérer les managers, dont le rôle est de coacher les collaborateurs dans la réalité de leurs missions.

Lorsqu’on a pris cette initiative, de nombreuses appréhensions sont apparues. Mais lorsque l’on fait le pari de l’intelligence, en général ça se passe très bien.

Et vous, comment détectez-vous les signaux faibles ? Avez-vous mis en place des procédures alternatives pour rester proche du terrain ?

Le meilleur moyen de marcher, c'est de vous abonner !

Me contacter





Ce site est protégé par reCAPTCHA. La Politique de confidentialité et Conditions d'utilisation de Google s'appliquent.